Différences entre SAS, SARL, EURL, EI pour créer sa société sur le pays voironnais

Quelles différences entre comptable et expert comptable à Voiron ?
25 avril 2017
Perte de plus de la moitié du capital de l’entreprise
26 avril 2017

Différences entre SAS, SARL, EURL, EI pour créer sa société sur le pays voironnais

Entreprise individuelle, SAS, EURL, SARL, autant de statuts d’entreprise à choisir au moment du lancement de votre entreprise à Voiron ou le pays voironnais. Il faut donc connaitre les caractéristiques de chacun d’entre eux. Pour mieux s’y retrouver, ci-après 6 points qui permettent de départager entre eux les statuts.

Nombre d’associés

Le nombre d’associés constitue l’un des critères permettant de départager les cinq statuts. En effet, il faut un ou plusieurs associés pour créer une SAS. Celui de la SARL est bien défini : un minimum de 2 associés et un maximum de 100. En termes d’EURL, on parle d’un associé unique. Enfin, comme son nom le laisse supposer, une EI implique l’inexistence d’associé.

Capital social

Le capital social permet aussi de différencier ces cinq statuts. Cette notion n’existe tout simplement pas pour une EI. Elle est librement fixée pour une SAS. Enfin, le capital social constitue un point commun entre une SARL et une EURL : il est de montant libre, 20 % des fonds à verser à la création, le reste dans les cinq années suivantes.

Direction

Une SAS se distingue aussi d’une SARL, d’une EURL et d’une EI en matière de direction. En effet, ce statut revient à l’entrepreneur pour une EI. Pour une EURL, il s’agit de la personne physique (le gérant) qui peut être soit l’associé unique, soit un tiers. Pour une SARL, la direction est attribuée aux personnes physiques (le ou les gérants), associés ou tiers désignés par les associés. Enfin, pour une SAS, la direction désigne les associés, mais il faut nommer un président qui est une personne physique pouvant figurer ou non parmi les associés.

Prises de décisions

Les décisions se prennent différemment dans une SAS, SARL, EURL ou EI. Cette tâche revient à l’entrepreneur pour une EI. Pour une EURL, elle est assurée par le gérant qui voit ses pouvoirs limités s’il n’est pas l’associé unique. Pour une SARL, les prises de décisions reviennent au gérant pour la gestion courante et l’assemblée générale pour les décisions plus importantes. Enfin, pour une SAS, elles sont assurées par le ou les associés.

Responsabilité du dirigeant

La responsabilité du dirigent n’est pas la même dans une SAS, SARL, EURL ou EI. Pour une EI, l’entrepreneur est le responsable des dettes sur ses biens personnels, sauf en cas de déclaration d’insaisissabilité devant le notaire pour protéger ses bâtis fonciers. Pour une EURL et une SARL, la responsabilité du dirigeant est limitée aux apports, sauf responsabilité civile et pénale en cas de faute de gestion. Enfin, pour une SAS, la responsabilité du dirigeant est limitée aux apports pour les associés et les actionnaires.

Rémunération du dirigeant

Pour une SARL et une SAS, la rémunération du dirigeant est déductible des bénéfices. Il en est de même pour une EURL, sauf si le gérant est un tiers ou en cas de choisir l’option pour l’IS. Pour une EI, la rémunération du dirigeant n’est pas non plus déductible des bénéfices, sauf si choix de l’option pour l’IS dans le cas de l’EIRL.